Tout savoir sur les hôtels à insectes !

Tout savoir sur les hôtels à insectes !

with Pas de commentaire

 

Par  Laura Betthaeuser

 

Un hôtel pour les insectes…quelle drôle d’idée diront certains ! Pourtant cela existe bel et bien. En échange d’un refuge, nos camarades insectes peuvent nous aider à lutter contre les ravageurs et à sauvegarder la biodiversité locale !

 

Qu’est-ce qu’un hôtel à insectes ?

Un hôtel à insectes est une installation constituée de plusieurs compartiments aménagés pour accueillir différentes espèces d’insectes. Des matériaux naturels sont placés dans les « chambres » de l’abri et doivent être adaptés aux besoins spécifiques de chacune des espèces. Placé dans un jardin, l’abri attire les insectes en leur permettant de se nourrir et de trouver refuge à différents moment de leur vie (mauvais temps, hiver, période de reproduction, etc.).

 

Des insectes pour lutter contre les parasites

Installer un hôtel à insectes est une solution écologique et alternative pour lutter naturellement contre les parasites qui peuvent endommager nos jardins ou potagers.

L’objectif est d’abord de favoriser les espèces d’insectes auxiliaires qui sont de précieux alliés pour lutter contre les parasites présents dans les jardins. Il ne s’agit pas d’introduire artificiellement des populations insectes bénéfiques mais plutôt de les attirer et de les encourager à rester afin qu’ils se nourrissent des espèces nuisibles et assurent la pollinisation.

 

Il existe de nombreux insectes prédateurs utiles pour protéger nos jardins des parasites.

  • La coccinelle est connue pour être une grande prédatrice de pucerons. Elle apprécie se réfugier sous les amas de feuilles mortes, entre des morceaux de bois mort ou écorce empilée ou encore entre des pommes de pin.
  • Le Perce oreilles est un prédateur de chenilles et de pucerons. Bien que son bilan soit plutôt positif, il peut s’attaquer à quelques fruits du verger ou trouer certaines fleurs. Il s’installe volontiers sous un pot de fleur retourné et rempli de paille, de foin ou de fibres de bois.
  • Les chrysopes se nourrissent aussi de pucerons et élisent domicile dans des bûches percées ou des boites remplies de fibres d’emballage.
  • Certains arthropodes du sol comme les araignées ou les carabes sont d’excellents prédateurs. Les carabes par exemple s’attaquent aux limaces et escargots. Ces arthropodes se réfugient dans des morceaux de branches, écorces, vieilles souches d’arbre, brindilles empilés aussi de cailloux, ou de pots en céramique brisés.

 

Des insectes pour préserver la biodiversité locale

L’intérêt d’installer un abri pour les insectes est aussi de préserver la biodiversité. Il est fortement conseillé d’accueillir et de protéger les insectes pollinisateurs dont la place dans l’équilibre et le bon développement du jardin ou potager est essentielle.

  • Les syrphes sont à la fois des pollinisateurs et des prédateurs. Elles s’abritent dans des branches ou tiges creuses (par exemple, tiges de bambou).
  • Les abeilles sont les championnes de la pollinisation. Attirer des abeilles solitaires dans le jardin est excellent pour la biodiversité et pour la santé des cultures et des plantations. Leur chambre doit être constituée de bûches en bois dur percées de trous. C’est également le cas pour les guêpes solitaires.
  • Les papillons sont également très utiles puisqu’ils butinent les fleurs et participent ainsi à la reproduction de nombreuses espèces de plantes. L’abri idéal pour les papillons serait fermé grâce à une planche de bois avec des fentes verticales et remplit de paille ou de fibres de bois.
  • Le bourdon sera plus attiré par une chambre avec terrasse. L’idéal est une boîte fermée avec un trou et une planche d’envol.

 

Afin de favoriser la sauvegarde de la biodiversité locale il est fortement recommandé d’essayer d’attirer des espèces d’insectes indigènes.

 

photo-1460650187103-27ccffa99afb 2

 

Un formidable outil pédagogique

En plus de protéger les jardins des parasites et d’assurer la pollinisation et la sauvegarde de la biodiversité, ces abris peuvent être une bonne façon d’observer les insectes pour mieux connaître leurs mœurs et découvrir la richesse de la faune sauvage. L’intérêt pédagogique de ces abris n’est pas négligeable, ils sont d’ailleurs parfois installés dans les écoles.

 

Trouver l’emplacement idéal

L’emplacement de l’abri est un critère essentiel à prendre en compte. De préférence il doit être au Sud ou Sud Est, le dos aux vents dominants et surélevé de 30 cm afin d’être protégé de l’humidité du sol. Il doit avoir un toit imperméable pour être à l’abri de la pluie. L’endroit choisi devra être assez calme, à l’écart des passages, et à côté d’un parterre de fleurs sauvages ou cultivées, afin que les insectes aient un accès facile à leur nourriture.

 

Une efficacité à relativiser…

L’efficacité de ces hôtels à insectes reste à relativiser. En effet, les insectes ne sont pas toujours au rendez-vous et les abris n’attirent pas toujours les espèces souhaitées. Certains insectes auxiliaires, comme les coccinelles et les chrysopes, ont tendance à se montrer capricieux et n’occupent pas systématiquement ces logements. De plus, la concentration des insectes à un même endroit du jardin ne les encourage pas à agir sur l’étendue du territoire. Une dispersion des abris en petits nichoirs dans le jardin serait éventuellement plus efficace.

Il est également important d’entretenir les hôtels insectes afin d’éviter que les matériaux ne pourrissent  et finissent par attirer des insectes parasites.

 

Bien que le succès des hôtels insectes ne soit pas absolu, ils peuvent être utiles et Le CRAPAUD a décidé d’en installer deux dans ses jardins !

 

Découvrez des hôtels insectes en images sur notre board Pinterest !